Archives mensuelles : avril 2013

La femme qui slamait à l’oreille des chevaux

Slam équinPetit moment de grâce immortalisé en vidéo

Publicités

Commentaires fermés sur La femme qui slamait à l’oreille des chevaux

Classé dans Cheval

Message personnel

A Toi. Toi que je ne nommerais pas. Toi que j’ai cotoyée amicalement presque deux ans dans notre domaine professionnel. Toi qui n’as pas su contenir ta colère et ton mépris lorsque l’on t’a révélé l’impensable. Fallait-il que ton Dieu t’aveugle à ce point-là et qu’aucune distance n’émane de toi ? Tu fais partie du Printemps français à part entière même si ceux qui ont déposé le brevet pourchassent aussi les gens comme toi. Eh bien, là, sur ce sujet, vous vous êtes tous rejoints dans votre radicalisation imbécile sur le même bouc-émissaire.

Pour rappel, nous sommes en démocratie. Tu as le droit de vote étant de nationalité française. Tu as voté Hollande (ou bien tu as menti, et c’est grand péché).

Le soir de son élection, nous avions échangé quelques SMS. Le contentement, un peu d’espoir était partagés.

Il faut lire le programme d’un candidat avant de l’élire. Le mariage gay était une de ses promesses. Oui, on y est. Tu ne peux que te taire et aller prier. Chacun ses choix et Dieu pour tous.

1 commentaire

Classé dans Printemps français

Islam modéré de France

Entendu dans la rue, à Nantes, cette semaine, deux hommes, la trentaine, bruns, teint mat, barbe de trois jours, jean taille très basse, baskets colorées, tee-shirts bariolés ( toutes les pièces vestimentaires sont de marque ).

Conversation sonore entre A et B ( Ahmed et Bachir ) :

A – « Regarde, ils en veulent même pas de cette loi pourave les Français. »

B – « Mais j’te dis, au moins, là-dessus, l’Occident a les yeux ouverts, ma parole. »

Première constatation : l’ignorance. L’Occident ne s’arrête pas à notre belle France. En Europe, l’Espagne, la Belgique, les Pays-Bas pour ne citer qu’eux, eux on adopté le mariage gay. En Nouvelle-Zélande, cette semaine, même les Maoris ont chanté à l’annonce de l’adoption de la loi.

N’oublions pas les pays dits « émergents », par exemple l’Uruguay : mariage gay adopté dans un pays très catholique (ils émergent quand nous, on s’enlise).

Et d’autres, on y reviendra.

Deuxième constatation : les ennemis d’hier sont les amis d’aujourd’hui. Sur ce sujet, il ne faut pas se tromper. Le mariage, c’est trop important. Il faut descendre manifester. C’est bien plus grave que la crise, les mal logés, les sans abris, les en fin de droit des Assedic, les en dessous du seuil de précarité, les gens malades qui ne se soignent pas faute de moyens, les prisonniers à six dans une cellule de 9m2 qui ont droit à deux douches par semaine, les malades mentaux qu’on ne soigne pas ou mal, les vieux qui crèvent chez eux dans la pauvreté et l’indifférence générale.

Mais à y réfléchir, tous ceux que je viens d’évoquer, tous peuvent se marier s’ils sont hétérosexuels. Bon, ils ont évidemment d’autres chats à fouetter ! (je vous préviens, si tous autant que vous êtes, vous touchez aux chats, je descends dans la rue avec des explosifs comme à Boston)

Eh ouais… Faut bien trouver un sens à sa vie m’sieurs dames !

2 Commentaires

Classé dans Printemps français

Le sport aide à se dépasser

Entendu à la piscine, hier, à Nantes. Deux jeunes filles, environ 22 ans, blondes, teint clair, ne-se trempant-pas-la-tête-dans-l’eau-car-maquillées, boucles d’oreilles, maillots de bain de bonne qualité (de marque ) :

Conversation badine entre A et B (Adeline et Bégonia ) :

A –  « Ouais, je l’ai vu hier à la manif, on a parlé. »

B – « Ah oui, tu vas à la manif ?

A – « Ah ouais, viens aussi, c’est trop cool, on est de plus en plus nombreux, elle passera pas cette loi de merde, grâce à nous peuple de France. »

Je m’interpose fièrement dans mon maillot Speedo mal ajusté :

« Excusez-moi. Avez-vous pensé à la manière dont vous auriez à réfléchir, si par malheur vous deviez enfanter d’un enfant homosexuel ? Je suis française, entre Français, on peut parler ? »

A et B, sidérées, interloquées, courroucées :

« Mais ça vous regarde pas ! »

Il n’ y a pas à dire, ça, c’est de l’argumentation…

Commentaires fermés sur Le sport aide à se dépasser

Classé dans Printemps français

Brèves de comptoirs

Entendu à la télévision, il y a deux jours, un jeune, environ 17 ans, châtain, peau blanche, mèche délicatement descendante sur le côté, propre, bien habillé vêtements de marque) :

« – Oui, je viens tous les soirs à la manif pour tous, faut pas que cette loi passe, ça fait du bien et ça rassure de voir des jeunes. »

Symptômes potentiels : enfant unique ? décrochage scolaire ? phobie sociale ? ignorance de l’existence des scouts de France ?

Traitement des troubles : psychanalyse urgente des parents. Posologie : sorties dans les bars, voire les boîtes de nuit. Respirer, regarder, réfléchir.

1 commentaire

Classé dans Printemps français

Muezzin # 1

Du plus loin que je me souvienne, au cœur de mon enfance en partie passée à Alger, au pied du minaret de la Grande Mosquée, mes oreilles captaient avec bonheur cette langue arabe si belle, mystérieuse et enveloppante. Lorsque, ma main plongée dans celle de ma mère, nous traversions la grande place de la Poste et qu’alors résonnait le puissant appel à la prière, mon être s’emplissait d’un profond sentiment de respect et d’apaisement. L’enfant que j’étais était fascinée par l’influence grande de ces hommes aux chants élevés qui à eux seuls avaient le pouvoir visible de ralentir le temps et de calmer l’effervescence de la ville. J’avais la conscience du sacré, même si bien sûr cela me dépassait.

Plus tard, au cours de mes voyages au Maghreb ou encore en Afrique noire, mon regard toujours cherchait cet élément du décor pour m’en approcher au plus près et attendre l’heure du crépuscule et la première sonorité de l’Adhan, appelant les croyants à aller à la prière. Lors de mon séjour à Istanbul, la voix des grands muezzins s’élevant dans le ciel m’évoquait encore ce paradis perdu et, les yeux embués de larmes, je regardais le Bosphore rosé, gagné par la couleur rasante d’un coucher de soleil.

L’adulte que je suis devenue a encore et toujours continué de nourrir cette évidente identité toute personnelle, ce lien fort à l’Islam, sentant une part de ma place à la périphérie de ce monde charmeur, qui pourtant restait secret et interdit. Comme nous ne sommes pas pétris de la même pâte, il me fallait aussi aller vers une autre part de mon identité de femme invertie. S’il ne fut pas simple de faire cohabiter ces deux composantes de ma personnalité, je dois bien reconnaître que, tout en considérant toujours possible une conversion à l’islam, mon confort occidental me permettait à la fois d’avoir un porte-monnaie et la liberté de me rendre dans les établissements spécialisés du Marais, à Paris.

L’intérêt de l’agnostique est qu’il ne pratique pas. Aller vers ce qu’il y a de plus confortable est l’une de mes occupations favorites. Et puis se rendre dans le Marais voilée me paraît  incongru. A chaque moment de notre existence, nous devons tenter de rester à notre place, l’espace qui semble le plus important pour soi, même si nous ne sommes pas exempts de certaines ambivalences. Je crois bien que c’est ce qui fait le sel de la vie.

1 commentaire

Classé dans Introspection