Archives de Catégorie: C ‘est parti

Rafale

Place Royale, à Nantes, un camion de pompier déposé par un enfant.

Place Royale, à Nantes, un camion de pompier déposé par un enfant.

L’attentat, la tuerie, le carnage, la terreur, des gentils utilisateurs de crayons de bois, broyés, l’émotion débordante, les larmes qui déferlent telles des balles, l’unité, les rassemblements spontanés, les flics, partout, la crispation, la colère sourde, le chagrin qui s’abat, la course poursuite, les meurtres, la traque, l’attente, la prise d’otage, les armes à feux, les coups de feux, dès le matin qui suit. « Il n’y a pas de lien« , « il existe des connexions« . Confusion.

L’incompréhension, la sidération, l’angoisse accolée aux talons des déplacements, la minute de silence, 12 heures, les regards échangés dans les trains, les trams. Ceux qui cherchent le contact, ceux qui le fuient. Paroles, invectives. Y a qu’à demander. Tout est possible.

L’entrepôt, l’assaut, les hélicos, la nuit qui tombe, à Paris, les otages sortent de l’hypermarché, cris sourds, désarmés, police hurlante, acculée.

Les corps au sol, magasin éventré, les discours funestes des illuminés, les détonations, la fumée dans les écouteurs branchés sur l’oreille. La fin. La gare de Nantes, le discours du Président (je vous fais une lettre, si vous avez le temps).

Mon Samsung qui s’éteint, le journal à la main, couverture noire, « Je suis Charlie », boule dans la gorge, visage livide du contrôleur qui ne contrôlera pas…

Gare de Tours, un jeune militaire, treillis ajusté et mitraillette en bandoulière. Le petit frère de chacun d’entre nous, trop jeune pour être armé.

Retrouver des amis, le chat indifférent aux affaires humaines, un verre de sauvignon à la santé de notre liberté que l’on décide de défendre. Liberté touchée. À terre. Pas morte. Se lever, vivre, survivre.

Publicités

Commentaires fermés sur Rafale

Classé dans C 'est parti

Ça suffit !

On ne me fera pas croire que Bachar est devenu fou. En voie de reconquérir les principales villes du pays et les régions qui vont avec, après plus de deux ans d’une guerre civile âpre et cruelle, il aurait gazé plus d’un millier de civils près de Damas ?

Mais enfin à qui faire croire cela ? Je ne sais pas qui est derrière cet acte horrible qui soudain fait tant frémir l’Occident, mais j’opterais plus pour ceux qui ont dévoyé une coalition anti-El Assad, déjà bien fragile. A qui profite le crime ? Peut-être à ceux qui souhaitent que l’Occident rapplique avec ses gros sabots et tape sur les « mimines » de Bachar, lequel serait décidément sur ce coup-là un bien piètre stratège !

Essayons de voir un peu plus loin et efforçons-nous de lever nos yeux de l’image, maudite télévision qui hante mes nuits, émissions de radios qui tournent en rond, presse écrite, oui, mais apolitique dans ce cas.

Quoi regarder ? L’Arabie saoudite bien sûr, ainsi que toutes les pétro-monarchies alliées de l’Egypte des militaires qui fond le ménage au Caire pour débarrasser le pays des Frères Musulmans. Pourquoi ? Parce que les Frères n’ont pas attendu d’être soulevés par un geyser de pétrole pour exister et s’organiser en confrérie. N’est-ce pas monsieur Saddate ?

Je ne trouve pas les Frères très sympas, entre nous, mais il ne s’agit quand même pas d’un parti de polichinelles né en même temps qu’une dynastie wahhabite (éponyme) de pacotille régnant sur l’or noir. Le mouvement frériste fout la trouille mais il a été élu démocratiquement, même si désormais la majorité des Egyptiens ont compris leur indigence politique. L’armée a commis un putsch détestable.

Je sais que je contredis mon post « Démos et kratos » mais j’assume. J’imaginais naïvement que l’armée organiserait une transition politique à laquelle les Egyptiens semblaient prêts. Mais l’Arabie saoudite veille, il ne s’agirait pas que les frères contaminent 28 millions d’habitants qui ne voient que rarement les dividendes du pétrole.

Le Qatar, l’émirat plus opportuniste, plus fiévreux d’injecter sa grosse monnaie, a voulu faire copains-copains avec les Frères. C’est davantage pour se situer dans la bonne mouvance qui monte et être dans le coup. Ils sont comme ça au Qatar, ils ne semblent pas tout comprendre, mais ils sont très riches… Et puis ils s’en foutent : 220 000 habitants dépolitisés (pour l’instant) ne leur font aucunement peur.

L’Iran, eh oui l’Iran. et on revient à l’actualité. Alliée de Damas, où plutôt de son président issu d’une confrérie alaouite-chiïte ultra-minoritaire en Syrie.

Avant que les djihadistes de toutes obédiences sèment la panique dans ce beau pays, c’est cela que voulait le peuple syrien fort de l’expérience tunisienne : déchoir Bachar.

On en est loin des Printemps arabes. Du début. De cet espoir fou qui vibrait là-bas au son des jeunes indignés. Cela faisait bouger les consciences grasses et endormies de l’Occident, cela donnait la chair de poule. Nous, nous sommes mortifères sur les ruines d’une Révolution française qui n’appartient plus qu’à l’Histoire. Endormis, endoloris par notre lourde sagesse. C’est tellement lourd à porter une vraie démocratie. Et puis c’est tellement ennuyeux d’avoir tous les jours que le bon Dieu fait, des leçons à donner à tout le monde…

Non, monsieur Fabius, je ne suis pas certaine qu’il faille y aller. C’eût été mieux deux ans avant. Pas « à la Bush » cherchant des illusoires armes de destructions massives en Irak après le 11 septembre (quel rapport ?).

Pas « à la Sarkozy « en Libye, avec photo du Colonel mort à l’appui, pas « à la Hollande » faisant remonter les combattants plus au nord du Mali. Et j’en passe car il fait chaud.

A force de s’en désintéresser à ce point, on peut quand même remercier le monde musulman d’être aussi divisé.

Merci donc aux chiites et aux sunnites d’être autant divisés. Nous on préfère, comme ça on peut continuer tranquille à roupiller.

Commentaires fermés sur Ça suffit !

Classé dans C 'est parti

En hommage aux requins assassinés et au préfet de La Réunion

1 commentaire

Classé dans C 'est parti

Du grec : demos et kratos

Démocratiquement élus, vous n’êtes plus loin de l’illégitime.

Morsi, Jebali, Erdogan : écoutez-les !

Ils vous le crient haut et fort. Place Tahir, avenue Bourguiba, place Taksim.

Ils ne veulent pas de votre islamisme radicalisé et aveugle gagné à la cause des religieux fondamentalistes pétris d’austérité et dédaigneux du peuple souverain. Ils veulent (un peu) plus de liberté et n’ont aucune leçon à recevoir de votre soit-disante religiosité. Ils savent (Le Savoir) être musulmans.

Que diable, réveillez-vous ! Revenez à la raison !

Le wahhabisme ne sortira pas des califats. Ils n’en veulent pas !

Commentaires fermés sur Du grec : demos et kratos

Classé dans C 'est parti

L’écorché

Daniel Darc / LibéEh bien voilà, t’es parti au terme de ta route tortueuse et cela devenait compliqué de cheminer, trop cabossé, à vif. C’est fatiguant d’être à vif, et puis on a froid, c’était pas le moment. Tu aurais passé l’hiver, tu aurais pu nous fredonner ton printemps. C’est con, mais c’est comme ça, le sursis, ça n’a pas vocation à durer.

T’as dû tomber dans le verre de trop, plonger ta main au fond de la boîte de cachets. Un ultime excès quoi, pas la peine d’en rajouter. Ton cœur, il était semblable à toi. Pas le perdreau de l’année ! Alors il a pas tenu. Comme ton pote Vian. D’aucuns parleront de suicide. La belle affaire, c’est juste la fin du chemin. Chemin au beau milieu d’un champ d’expédiants divers et variés, et quand on ne sait pas faire autrement, on tend la main, on se sert, on cueille la mort.

Je te cite : « Quand les gens disent « problèmes de drogues », je dis « solutions de drogues ». Sans les drogues je serais mort depuis longtemps, j’aurais pas supporté. »

« Quand je mourrai, j’irai au paradis, c’est en enfer que j’ai passé ma vie. » Amours suprêmes (2007)

Dont acte. C’est vrai quoi, on est pas obligé de mourir tous à 90 ans, en bonne santé. Bon, je vais aller faire un tour dans le temple protestant pas loin d’ici.

Sans vous, Daniel Darc, je n’y aurais jamais mis les pieds, ni l’âme, quelle que soit sa taille, ma foi.

Commentaires fermés sur L’écorché

Classé dans C 'est parti